Ankazomena


La carte géologique dressée par Jean-Noël Salomon indique une perte située au village d'Ankazomena.
C'est la perte de la Tsintintina, rivière qui longe l'Onhilahy. L'eau est censée ressortir à la résurgence de Sarodrano près de Saint-Augustin.

Sarodrano
La résurgence de Sarodrano

En 1998, Félix nous avait présenté à Seizilahy (Seise pour les intimes), le Président de Quartier d'Ankazomena. Le Minou avait déjà commencé l'exploration de cette perte très aquatique.
Le danger dans cette perte était que le débit de l'eau était régulé de façon assez imprévisible par les villageois qui exploitaient les rizières en amont.

Ankazomena Ankazomena
Seizilahy,
Président de Quartier d'Ankazomena
La Tsintintina durant l'été 98



L'exploration de la perte était une véritable attraction pour les villageois.

Ankazomena Ankazomena
Le Minou s'apprète à aller équiper...

il amuse des spectateurs

Ankazomena

Comité d'accueil à la sortie.

Ankazomena
Retour au village avec l'escorte;
Seizilahy a emprunté mon casque.

Au début de 1999, Félix nous a annoncé un événement naturel : la saison des pluies avait été exceptionnellement arrosée. Tellement arrosée que le cours de la Tsintintina avait été dévié vers l'Onilahy et que la perte n'était plus alimentée.
Cet événement était une catastrophe pour les riziculteurs d'Ankazomena mais une aubaine pour nous. Ainsi, en 99, nous avons pu faire l'exploration de la perte mais seule une quarantaine de mètres étaient pénétrables et nous n'avons pas réussi a retrouver l'eau ce qui aurait été d'une grande aide pour les habitants.

Ankazomena Ankazomena Ankazomena
Ankazomena

Ankazomena

Certaines, plus timides que les autres,
préfèrent se cacher !

 

Rosalia, fille de Seizilahy


Nous espérons que la semaine que nous avons passée dans ce village aura contribué à réactiver un peu l'économie locale. Sachant que notre groupe a mangé 2 poules par jour, que le cours de la poule est passée de 8000 francs à 12000 francs (1000 FMG = 200 Ariary = 0.14€) pendant notre séjour, et que chaque bouche d'européen mange en moyenne 2 boko-boko par petit déjeuner, on peut être optimiste à ce sujet ! (les boko-boko sont des beignets ressemblant à des crépeaux).

Ankazomena
Dans ces moments là, tout le monde espère qu'il ne s'agit que d'un au-revoir.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×