Massif du Carlit 1 (Catalogne française; Pyrénées Orientales, Ariège) - Départ

La fin du récit et les photos viendront plus tard...

L'itinéraire prévu ? Etang de Font-Vive, puis par le sentier rive gauche que je ne connais pas et qui monte au Lanoux. Nuit 1 à la cabane de Rouzet. Lanoux, Pic Carlit, Pla du Carlit, descente par "ma vallée", traversée de la vallée de la Grave par la passerelle, refuge de la Balmette pour la nuit 2. Eventuellement les Pérics, ou alors passage par le refuge de Camporells, Ruisseau des Peyres Escrites (et recherche des Peyres Escrites) puis nuit 3 à la Jassette ou à la jasse de Llose dans la vallée du Galbe.
Vallée du Galbe, Petite Porteille d'Orlu et nuit 4 à En Beys ou plutôt avant ou après car je suis plutôt allergique aux refuges gardés.
Remontée de la vallée d'Orlu et nuit 5 dans une des 2 cabanes non gardées de Bésines.
Retour.

Mais tout n'est pas si simple. Avant de partir, j'arrose le jardin... Départ 10h au lieu de 7h. Je teste un nouvel itinéraire... arrivée à Porté à 18h. Je vais me garer au pied de Font-Vive, comme d'hab. Mais le dernier d'hab date de plusieurs années. Le parking est payant, interdit la nuit...

La nuit 1 (ou plutôt la "nuit 0") se passe au camping de Porté ou les propriétaires me proposent de laisser la voiture chez eux. Ouf ! beaucoup de choses changent ici mais les gens gardent leur gentillesse !

Le réveil sonne à 4 h, il fait nuit noire, pas de lune alors je flemmarde un peu... Départ à 7h30. Décollage accéléré, je fais la route en tongues et met les chaussures au début du sentier à 8h.

Nouveau contretemps : il y a plein de fleurs, il faut les photographier. Arrivée à Font-Vive... HORREUR !!! J'avais lu sur internet que MA cabane avais été écroulée par une avalanche mais j'en doutais... Une désolation : les murs rasés, le toit et la cheminée intacts mais déportés à 3 m des murs. Les 2 lits (si inconfortables mais où on avait passé des nuits si agréables) étaient toujours entre les 4 murs mais tout tordus, et le poêle renversé et rouillé. Que de souvenirs écroulés !

Font-Vive Font-Vive
Pour ceux qui en douteraient encore...

Je continue. Le sentier rive gauche est superbe, avec 3 points d'eau avant d'arriver à la cabane de la Coma Joan. J'inspecte le refuge pour réactualiser les données du site collaboratif internet "Pyrénées, Cabanes et Refuges".
Redépart vers la cabane des ingénieurs toujours égale à elle même avec ses tags de cannabis et de psylos au plafond, mais qui datent de plusieurs années. J'y prends un repas consistant de nouilles et me relance vers le Lanoux.

Petite inspection de La Guimbarde (autre cabane) qui n'a pas changé depuis une dizaine d'année, le toit à moitié défoncé. Je prends le sentier du Carlit. Longue pause pour photographier un superbe orchidée.  

 

Guimbarde

"Cabaa nefor tuné -é-euh...
... Vouzèè temé za-a-mours
(Ouimé zamours)"

 

La guimbarde et l'orchidée

 
Orchidée 

Avant l'ascension finale, je me fais rattraper par un autre randonneur solitaire, Lionel. Nous commençons l'ascension ensembles et nous lançons dans de grandes discussions, mais je ne monte pas aussi vite que lui, je fais une pause et le laisse tracer. Arrivé à la crête, surprise : il n'y a pas le vent glacial que j'ai l'habitude d'y trouver ! Changement climatique ??? Ou alors tout simplement absence de névées en cette saison ?
Je retrouve Lionel arrivé en haut et je lui paye le canon, un coteaux du Roussillon AOC (région oblige) enfin, une vraie piquette qui ravigote son homme, quoi ! Vu le cadre, et qu'elle arrivait juste après le saucisson de Lionel elle s'est avérée être un cru de niveau très élevé (3918 m environ, vu qu'on n'étaient pas encore au sommet).

Carlit Carlit

Les 100 derniers mètres coté Lanoux (à droite),

le repas à la crête et le sommet aux

couleurs de la catalogne (en haut, forcément !).

Carlit

Après le réconfort, on atteint le sommet... pas de vent ! En tee-shirt sur le Carlit ! Des vautours font des passages !

Lionel repart par le Lanoux; je vais tenter de retrouver le passage par les crêtes pour aller au Pla du Carlit... mais c'est raté, je ne réussis pas à retrouver l'itinéraire. C'est de l'escalade et je ne le sent pas avec les 20 kg dans le dos. Je reviens vers le sentier classique coté Bouillouses.

Je prend le sentier des Parisiens, puis je plante la tente devant l'abris de Trebens (nuit 1).

Abri Trebens Repas
La tente, l'abris Trebens, et le "purée saucisses" du jour.

 

1- Départ     -     2 - De Trébens à la Petite Porteille d'Orlu     -     3 - Petite Porteille d'Orlu et retour

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site